Quelques mots sur l’EMDR en pratique

Une prise en charge individuelle en psychothérapie s'avère nécessaire lorsque le patient explicite une demande en lien avec une difficulté d'adaptation, que ce soit sur le plan personnel, familial, social, professionnel...
et dans certaines situations traumatiques (les souvenirs conservant une trace émotionnelle plus ou moins intense.)

Les réseaux de mémoire concernés par cette problématique sont alors "dysfonctionnels", c'est-à-dire qu'ils ne remplissent pas leur fonction d'adaptation aux situations rencontrées par le patient, et ne permettent ainsi pas de résilience, autrement dit un positionnement psychologique et émotionnel de « détachement » face à la situation.

C'est dans ce cadre là que la thérapie E.M.D.R. (Eyes Mouvement Desensibilisation and Reprocessing) sera bénéfique au patient car elle permet un retraitement adaptatif de l'information. En séance, une fois que la situation source de la problématique à traiter est identifiée, certains éléments précis tels que les cognitions négatives et les émotions sont recherchées et vont évoluer au fur et à mesure des stimulations oculaires : les informations en mémoire, qu'elles soient sensorielles, cognitives ou émotionnelles deviendront adaptées aux situations passées, présentes et futures. Ce processus d'intégration neuro-émotionnel (de « digestion ») est activé grâce à des stimulations (mouvements oculaires bilatéraux alternés ou tapotements bilatéraux alternés) qui déclenchent la création des connexions neuroniques permettant de "faire circuler des informations" vers d'autres zones cérébrales, et d'activer ainsi des aires cérébrales inhibitrices (aires fronto-temporales notamment). Les différents éléments (sensoriels, cognitifs, émotionnels, corporels...) qui composent le souvenir sont ainsi «digérés» donc archivés en mémoire sous un autre registre qui vient conférer au patient une nouvelle perception, et donc de nouvelles capacités d'adaptation, valables dans le passé, au présent et pour l'avenir.

L'entre-séance représente un moment clé de la thérapie car il offre le temps au patient d'observer les ajustements qui opèrent face aux situations problématiques; la réévaluation valide ainsi au thérapeute l'intégralité ou non du retraitement.

Dans certains cas, il est nécessaire de poursuivre le retraitement de situations plus récentes que celle traitée au départ pour en majorer les effets au présent et à l'avenir.

L'E.M.D.R. est une technique que j'utilise dès que possible en psychothérapie en complément de l'écoute active et de la peine conscience car elle s'adapte à l'amélioration de bon nombre de problématiques : la confiance en soi, l'estime de soi, la culpabilité, le sentiment de contrôle, la tristesse et la peur... problématiques très fréquemment rencontrées en cabinet.

Apporter un réel soulagement dans la souffrance psychique grâce à ce changement de perception constitue l'objectif essentiel de travail avec les patients.

in massa elit. dolor. tempus luctus ultricies Sed id